Voyage en terre australe

Travailler à Sydney...

C'est drôle comme le vent peut changer de sens rapidement. Hier, pris de colère, épris d'énervement, j'ai pris mon clavier pour gueuler sur la Toile que je n'irai pas me faire exploiter par le patronat de Sydney. Pour critiquer la guerre économique qui pousse chaque backpacker a se comporter malgré lui, comme un petit soldat sur le quivive, à la chasse à la monnaie. Et juste après avoir publié ma diatribe, je reçois un sms suite à une offre à laquelle j'ai postulé en ligne sur le site gumtree.com.au. Ce sms propose un rendez-vous téléphonique pour conclure d'une interview, avec un poste d'aide-cuisine à la clé, à pourvoir cette semaine. C'est cool, mais je ne me réjouis pas trop, car j'imagine que je vais me faire louer pour $15/h par coups de 20h ou 25h seulement par semaine. Ce qui n'est pas assez pour faire un salaire décent.
On fixe un rendez-vous pour mardi 13 novembre, 11h au "bistro". Le restaurant se situe à Maroubra Beach, 10 km au sud du centre-ville. J'organise mon trajet, c'est 25 minutes en bus, plus 15 minutes de marche.
Mardi 13 Novembre 2012 : Le soleil éclaire la plage. C'est banal, mais je commençais à croire que le soleil est rare ici, tel un printemps breton. Les vagues attaquent le sable fin de la plage de Maroubra et de l'autre côté de la route en bordure, se trouve le lieu de rendez-vous : c'est un énorme building qui fait office de club sportif nommé Maroubra Seals Club.

Je crois qu'il s'agit du poste que j'étais censé prendre et que j'ai raté (une personne ayant pris ma place plus rapidement) lorsque j'étais à Brisbane. Je me rends au pied de l'établissement, on m'indique à la récéption où se trouve le restaurant, au premier étage. Les portes de l'ascenseur s'ouvrent, et je découvre l'antre de la bête. Une grande salle de repas, entourée du bar, d'un grand buffet, d'une scène de concert/conférence et d'un casino. On me fait m'asseoir en attendant la patronne.

    Et voilà que l'interview commence. L'individu, de gabarit plutôt corpulent et les traits marqués par une bonne cinquantaine tirant vers la soixantaine, m'a l'air plutôt sympathique. Deux ou trois boutades et on rentre dans le vif du sujet. Le job est à prendre aussitôt. Elle m'explique que c'est un boulot difficile et qu'on y est toujours très actif, que c'est physique et qu'il faut savoir se grouiller. Être grouillot, c'est le rôle du kitchen-hand. Elle précise qu'elle n'embauche que des européens ou des australiens car ils seraient, selon elle, plus cleans et productifs que les asiatiques...hum...passons. Voilà le job : laver les assiettes, couverts et plats, nettoyer derrière les chefs cuisiniers, approvisionner la marchandise des réserves à la cuisine. Elle ne le dit pas comme cela, mais assister les chefs cuisiniers signifie être à leur service comme un larbin de sous-rang. Mais bon, un boulot d'esclave en Australie et toujours de la monnaie à prendre. Vu ce que j'ai fait à Katherine au All Seasons, je pense pouvoir relever le challenge. Et elle vient à parler du salaire.

    C'est là que je tombe des nues. Je reste placide à l'entente de ce qu'elle entend me payer, mais je n'en suis pas moins réactif intérieurement. En fait, je commence à avoir un dollar dans chaque oeil en la regardant : comme dans les cartoons animés, où l'on voit des dollars sortir des yeux d'un animal sous un bruit de jackpot au casino, avant qu'ils ne lui reviennent en pleine gueule. Elle m'apprend qu'elle paye $20,50/h en semaine, $27/h le samedi et $32/h le dimanche. La plupart des salaires à Sydney oscillent entre $15/h et $18/h. Et moi, en quatre jours à Sydney, non seulement je chope un job, mais en plus je tombe sur une patronne qui paye jusqu'au double de la moyenne (le weekend) ! J'ajoute que je peux rester plusieurs mois, elle me dit que c'est parfait.

    Pourquoi ? Comment est-ce que je fais pour être chanceux comme ça, alors que dans mon auberge, mon quartier, dans la même ville, des milliers de jeunes galèrent ou bien se font exploiter. Je me réjouis vraiment en sortant de l'entretien, car ça signifie pour moi que je serai à l'aise financièrement pour mon voyage en Asie. Et cela vaut bien le coup d'être larbin d'un chef à ce tarif. Embauche prévue donc pour mercredi 14 novembre à 9h30.


Publié à 09:17, le 13/11/2012, Sydney
Mots clefs :
.. Lien


{ Page précédente } { Page 13 sur 47 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



Rubriques


Derniers articles

Avril-Juin 2013 à Avalon Beach
Retour en Australie : Sydney again.
Voyage en Thaïlande ! 16 janvier - 8 février
Cherry picking !
Tasmanie !

Sites favoris


Amis